fr en
02 juin 2021

Marie Boulanger, alumni de l’ECV Paris, édite son mémoire : XX,XY

À l’occasion de sa campagne de crowdfunding pour la publication de son mémoire de fin d’études XX,XY : Sex, letters and stereotypes, Marie Boulanger, alumni du Mastère Design & Typographie promotion 2019, a répondu à nos questions.

Après mon diplôme, j’ai directement commencé à travailler de manière indépendante. Ça n’a pas toujours été facile, mais cela m’a permis de définir mon style et ma spécialité : je suis dessinatrice de caractères spécialisée en solutions typographiques sur mesure, maintenant installée à Londres.

Marie Boulanger

Peux-tu nous parler de ton parcours à l’ECV ?

Je suis arrivée à l’ECV Paris après un BTS à l’École Estienne et une année passée comme graphiste dans une maison d’édition. Le Mastère Design & Typographie était mon objectif dès le début de la quatrième année, et c’est ce qui m’a attirée vers l’école.

Que retiens-tu de ces deux années ?

Quelles années ! Des moments très intenses et énormément de progrès techniques en ce qui me concerne. Beaucoup de bienveillance et d’expertise de la part de l’équipe pédagogique. Et bien sûr, le voyage à New York – absolument inoubliable en termes d’expériences et de rencontres.

As-tu des conseils pour des étudiants qui souhaiteraient intégrer ce mastère ?

La spécialité peut paraître intimidante et exigeante, mais c’est surtout une belle porte d’entrée vers énormément de domaines créatifs. Il faut rester ouvert d’esprit et surtout trouver une manière de s’approprier la typographie et ce qu’elle apporte : une attention particulière au détail, beaucoup de patience et la capacité à gérer des projets de grande envergure.

Ton mémoire de fin d’études XX, XY : Sex, Letters and Stereotypes s’intéresse aux stéréotypes des genres et comment ils peuvent influer sur notre perception des typographies. Quel a été ton chemin vers ce sujet de mémoire ?

Au début le sujet qui m’a été proposé était plus axé sur la place des femmes dans le design graphique… Mais je trouvais ça trop général. J’ai donc réfléchi à des moyens de resserrer la problématique. J’ai cherché des articles ou des études sur les marqueurs de genre dans les lettres, et il n’y avait absolument aucun résultat. Donc je me suis dit que c’était à moi de le faire !

Peut-on finalement dire que les typographies ont un genre ?

Il faut lire le livre pour ça ! Mais pour bien résumer, je dirais que c’est surtout nous qui projetons ce que nous voulons voir sur les formes typographiques.

Tu es en pleine levée de fonds sur Kickstarter pour faire imprimer cet ouvrage et le diffuser au plus grand nombre. Qu’est-ce qui a motivé ta démarche ?

Assez rapidement, j’ai eu de très bon retours sur le livre et son contenu. Les résultats de ma recherche étaient complètement nouveaux,et ils montraient que nous (les designers, les créatifs) avions une responsabilité énorme dans la fabrication des stéréotypes de genre. Donc l’étape suivante logique, c’était d’éduquer, de traduire le livre en anglais et de faire bouger les choses.

Tu as eu la chance d’intervenir au Typecon 2019, peux-tu nous en dire plus ?

marie boulanger

J’ai postulé pour faire une conférence sur le livre pour voir jusqu’où je pouvais aller. Et en l’occurrence, jusqu’à Minneapolis, devant des centaines de personnes ! Ça a été une expérience formidable, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Les rencontres faites là-bas m’ont directement menée à d’autres réussites professionnelles – il faut se faire confiance et ne pas hésiter à viser très haut.

Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Je viens d’intégrer Monotype à Londres comme Brand Designer. C’est un gros défi mais le poste rassemble branding et typographie, donc pour la suite ça me paraît un beau programme ! Je souhaite continuer à intervenir autant que possible au sein d’universités, continuer mes recherches plus académiques aussi, et bien sûr toujours dessiner des lettres.

Un petit mot pour la fin 🙂

Oui ! Un conseil pour les étudiants : soignez vos portfolios mais aussi vos relations avec les autres, c’est ce qui fait la différence, toujours.

Partager sur