fr en
12 novembre 2019

Egon SWAELS, Designer Graphique et Illustrateur Freelance

Que sont-ils devenus ? C’est la question qui revient fréquemment dans la bouche de certains étudiants, futurs étudiants, parents et même anciens étudiants de l’ECV. Régulièrement, découvrez le portrait d’un Alumni, de son entrée à l’école jusqu’à aujourd’hui.

Egon Swaels, alumni de l’ECV Lille, Cursus Design, actuellement Graphic Designer et Illustrateur freelance, a répondu à nos questions.

egon-swaels-ecv-design-lille

Les illustrations d’Egon sont empruntes de la même douceur, la même force tranquille avec laquelle s’est déroulé son cursus à l’ECV… Nous suivons tous nos alumni, mais Egon avec une attention toute particulière ces derniers temps. C’est avec une impatiente curiosité que nous découvrirons le résultat de sa collaboration avec Julien Kaibeck.

Anne Binder   |   Directrice ECV Lille

Hello Egon, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Egon, 26 ans. Lillois. Designer Graphique. Illustrateur. Freelance. Je suis diplômé de l’ECV Lille en Design, Promotion 2017.

Pourquoi avoir choisi le cursus Design de l’ECV ? Quelles étaient tes motivations ?

Mon premier critère de sélection était de trouver une école dans la métropole lilloise. Lille me nourrit et m’inspire depuis toujours (#maroilles). J’ai entendu parlé de l’ECV comme étant une école nouvelle et dynamique. Passionné par l’illustration, c’est sans hésiter que j’ai poursuivi dans la section Design Graphique.

Sur quoi travailles-tu actuellement, peux-tu nous raconter et nous montrer ?

Je travaille avec une grande variété de clients, comme par exemple la maison d’édition parisienne Short Edition en tant qu’illustrateur (couverture de livres et réseaux sociaux). Actuellement je suis le directeur artistique de l’association Slow Cosmétique. Je suis amené à travailler sur différents projets. Il y a notamment une forte demande de visuels pour tout ce qui est communication web (réseaux sociaux, newsletters, bannières…) et plusieurs projets print tels que des affiches, le design d’une box trimestrielle ou encore une gazette.

Qu’as-tu fait une fois ton diplôme obtenu ?

Avant l’obtention de mon diplôme, j’avais déjà commencé mon activité d’auto-entrepreneur pour la réalisation de petits contrats et pour me rapprocher du monde professionnel. Je me suis ensuite appliqué à développer mon activité pour voir où celle-ci pouvait me mener, tout en continuant à expérimenter différentes techniques d’illustration.

Comment est née cette collaboration ?

J’étais à la recherche d’un poste à mi-temps afin de retrouver une ambiance de travail et rencontrer de nouvelles personnes. C’est alors que Julien Kaibeck, fondateur du mouvement slow cosmétique, m’a contacté, via une plateforme de mise en relation entre freelance et entreprise. Il m’a proposé de l’aider à revoir la communication graphique de son entreprise.

Raconte-nous un moment marquant de cette collaboration…

Comme ma collaboration avec Julien Kaibeck est assez récente, je n’ai pas vraiment de moment marquant à raconter concernant le travail que nous faisons ensemble. Je pense que pour l’instant, le meilleur moment a été mon entretien et la rencontre de l’équipe, avec qui je me suis rapidement entendu. Comme je me sens concerné par le mouvement slow cosmétique, nous avons pu parler de suite de mon rôle dans l’entreprise et des objectifs à atteindre.

Parle-nous du statut de Freelance

Quand on travaille seul chez soi, il est facile de se dissiper ou de procrastiner. Envoyer des mails et passer des appels à des dizaines d’entreprises chaque jour peut être laborieux et même décourageant, mais cela est inévitable pour lancer son activité. Une fois que les projets sont réguliers, je pense qu’il est plus simple de se motiver et de chercher de nouveaux clients pour continuer sur sa lancée.
Aujourd’hui je pense avoir trouvé un rythme de travail (presque) parfait, en aillant une activité régulière avec le reste de la semaine disponible pour me consacrer à d’autres contrats ou à mes projets personnels.

As-tu des conseils à donner pour nos étudiants ou nos futurs étudiants ?

L’ECV propose une excellente formation aux métiers de l’image et nous plonge dans un univers qu’on ne connait que très peu quand on sort du lycée (en tout cas pour ma part). Lorsque l’on est désintéressé par les filières dites « académiques/scolaires », on découvre une nouvelle façon de penser et de voir le monde professionnel.
En ce qui concerne l’activité du freelance, comme j’ai pu le dire plus précédemment, c’est un choix qui a ses qualités et ses défauts, mais qui exige surtout une certaine rigueur de travail et une bonne hygiène de vie. Tout ce que je peux dire à celles et ceux qui seraient tentés par ce choix, c’est : Foncez, et surtout ne vous découragez pas ! S’investir finit toujours par payer !

Des projets à venir ?

D’ici la fin de l’année, je me consacrerai essentiellement à mes projets personnels. Tout d’abord, j’organise une exposition de mes illustrations et linogravures à la Ressourcerie durant tout le mois de décembre. Je serai également à « l’Hirondelle » pour le marché de créateurs organisé par Etsy et le collectif « Main à mains ». Et pour finir, on pourra bientôt me retrouver de façon permanente à « la galerie de l’Illu » rue du Molinel.

Partager sur